image-1

Tout savoir sur les Roulements

Les principales fonctions des roulements et des paliers sont:

  • de supporter et de centrer les arbres de machines,
  • de diminuer la friction absorbée,
  • et de transmettre les charges à différentes vitesses et températures de fonctionnement.

L’avantage de les utiliser est le fait qu’il ils donnent un coefficient de friction plus bas au démarrage d’un équipement. En plus Ils sont compacts, extrêmement précis et ils s’usent moins vite que les coussinets. Enfin Ils sont faciles à remplacer en vertu de leurs dimensions normalisées et des équipements disponibles

Les principales parties d’un roulement sont : la bague extérieure, la bague intérieure, les billes ou les rouleaux et la cage (figure ci-dessous).

Parties d’un roulement :

source SKF

Toutes les parties d’un roulement sauf la cage sont faites d’acier trempé et sont rectifiées selon des normes standard. Les cages peuvent être composées de différents matériaux et peuvent prendre différentes formes selon les types et les dimensions. D’ailleurs son principal but est de maintenir les éléments roulants à une distance appropriée les uns des autres afin d’éviter un contact immédiat entre les éléments roulants et pour diminuer la chaleur et le frottement. La cage sert aussi à retenir la graisse afin d’assurer une bonne lubrification.

Il existe différents types de cages sur les roulements : les cages en polyamide, en acier, en laiton, en plastique ou en alliage.

Types de roulements et fonctions :

Chaque roulement possède des caractéristiques qui le rendent plus approprié à une application particulière. d’ailleurs vous devez considérer deux facteurs qui sont: Le rendement du roulement et la facilité de le remplacer par un roulement du même type.

Les roulements comprennent des roulements radiaux pour les charges radiales et des roulements axiaux ou de butées pour les charges axiales.

Pour supporter des charges légères ou moyennes, on utilise des roulements à billes.

Pour les charges fortes, on utilise des roulements à rouleaux

Alors que pour de fortes charges axiales, on utilise des roulements de butées à billes ou à rouleaux.

Certains types de roulements sont conçus pour supporter des charges combinées.

Il est important de se rappeler qu’une charge est dite radiale lorsqu’elle est perpendiculaire à l’arbre, tandis qu’une charge axiale agit parallèlement à l’axe de l’arbre.

Roulements radiaux :

Sur les machines, beaucoup de charges sont supportées radialement, sur les axes, d’où l’existence d’un plus grand nombre de roulements radiaux. Certains de ces roulements sont capables d’accéder à des charges axiales avec une limite permise.

Roulements rigides à billes :

Ces roulements peuvent posséder une ou deux rangées de billes. Ils sont conçus pour supporter, outre les charges radiales, les pressions axiales dans n’importe quel sens, et ce, à des vitesses de rotation élevées. L’avantage découle de l’ajustage de ses billes dans une gorge profonde.

Les roulements à deux rangées ont l’avantage de prendre les déplacements axiaux en plus de supporter une plus grande charge. Ces types de roulements existent avec des joints d’étanchéité et des segments d’arrêt

source: maxicours.com

Untitled design - Custom dimensions - Custom dimensions (1)

Choisir la bonne roue

La facilité de déplacement et la sécurité d’un chariot dépendent du choix de roue le plus adapté.

Le choix se fait selon ce parcours :

  1. Calculer la capacité de charge minimum requise pour supporter la charge en toute sécurité. Cela dépend de l’importance et de la nature de la charge (liquide ou solide).
  2. Choisissez le jeu de roues recommandées pour le type de sol (conditions et nature du sol) et ne prendre en compte que les séries conseillées selon l’environnement prévu (température, humidité, agents chimiques)
  3. Choisissez la taille de la roue (diamètre et largeur de bande) qui ait la capacité de charge nécessaire et garantisse la facilité de déplacement en fonction du type d’utilisation : utilisation statique, déplacement manuel, déplacement mécanique, déplacement mécanique avec motorisation autonome.
  4. Faites correspondre la monture de roue adaptée à l’environnement d’utilisation, aux caractéristiques de charge et à la vitesse requise
Pour choisir la bonne roue au bon prix n’hésitez pas a nous appeler 58578870
courroies-1024x683

courroies : quelques notions pour s’y retrouver …

La courroie est un élément indispensable de nos moyens de locomotion moderne ou des machines. Elle est utilisée pour transmettre un mouvement.

Sa matière souple la rend particulièrement fragile. C’est pourquoi, il est important de la vérifier au moins une fois par an. Profitez par exemple de la révision de votre moteur pour y jeter un oeil !

Comment savoir si celle-ci a besoin d’être changée ou si elle est juste détendue?

On vous en dit plus!

Le contrôle d’usure :

Pour connaître l’état d’usure de la courroie, il est conseillé de regarder le mécanisme qui l’intègre. Lorsque la courroie pénètre dans le creux circulaire de la poulie (la gorge de la poulie), les surfaces de frottement doivent se trouver sur les côtés et non au fond.

Le contrôle de la tension :

Exercez une pression sur la courroie entre 2 poulies, la flèche ne doit pas dépasser l’épaisseur de la courroie.

Les causes :

Suivant son modèle et son utilisation, la courroie s’use plus ou moins rapidement. C’est pour cela qu’une révision annuelle est nécessaire. Si votre courroie est fissurée ou craquelée, il faut la changer immédiatement.
En bref, les causes d’usures de la courroie dépendent à la fois de son modèle mais aussi de son contexte d’utilisation. Nous vous présentons ci-dessous les différents cas d’usures :

  • La propreté de la cale. Si la courroie effectue ses rotations dans l’eau ou dans l’huile, la courroie s’use plus rapidement.
  • La force exercée. Si la courroie n’est pas assez étirée, celle-ci patine et se glace.
  • L’état de surface des poulies. Les poulies piquées par la rouille usent plus facilement une courroie.
SNAG-0223

Bien choisir ses roulements

Les roulements sont indispensables sur une planche de skate. Au nombre de 8 (2 par roues), les roulements permettent de rouler vite et sans trop d’effort. Pièce mécanique fragile, c’est souvent un des premiers éléments à remplacer.

Anatomie d’un roulement à billes

Le roulement est la pièce la plus complexe d’un skateboard.

La bague extérieure est en contact avec l’intérieur de la roue. C’est contre sa paroie interne que les billes roulent. À l’intérieur de cette dernière se trouve la cage qui contient les billes. La bague intérieure est en contact d’une part avec les billes à l’intérieur du roulement et d’autre part avec l’axe du truck d’autre part.

Les billes sont ainsi prises en sandwich et permettent de faire tourner l’ensemble du roulement.

Et pour éviter que les impuretés ne se glissent entre les billes, un système étanche recouvrent les 2 bagues. Le système habituel sur les roulements de skate est le ZZ composé de 2 flasques métalliques.

Enfin, l’entretoise est le petit cylindre qui se glisse dans la roue entre les 2 roulements.  L’entretoise permet une meilleure cohérence entre les roulements, la roue et l’axe du truck.

Taille d’un roulement

608Z est la taille la plus courante pour des roulements de skate. Il s’agit d’un coeur de 8mm, un diamètre extérieur de 22mm et d’une largeur de 7mm. Ces roulements s’adaptent à toutes les roues de skateboard.

Attention, il peut exister des tailles non standards et être vigilant évite de se retrouver avec des roulements qui ne rentre pas dans la roue ou au contraire qui vont flotter dans cette dernière.

Matériaux d’un roulement

Les roulements les plus classiques sont en acier (alliage 100C6 en acier chromé rectifié). Composés de 7 ou 8 billes lubrifiées ils  sont le choix normal car de bonne facture et bon marché. Hélas, la chaleur engendrée par les frottements peut entraîner une légère dilatation qui rend inutilisable le roulement en acier.

boite-roulements

Comment bien réaliser l’entretien de ses roulements

Comme il s’agit de pièces mécaniques fragiles, les roulements doivent être chouchoutées.

En pratique, voici les bonnes manipulations à faire pour conserver longtemps ses roulements :

  • Ne pas les exposer à l’eau, ne pas les laisser rouiller,
  • Si une flasque bouge, si l’étanchéité n’est plus assurée ou si des petites saletés sont entrées dans le roulement : le nettoyer ou mieux le changer.
  • Ne pas lubrifier des roulement sales. Ça roule mieux au début mais ça répand surtout la saleté partout dans le roulement.
  • Nettoyer l’extérieur des roulements afin d’enlever les saletés avec un produit nettoyant (type dissolvant à huile ou graisse). Les solvants à base de citrons et/ou d’eau ne sont pas mal mais il faut absolument sécher le roulement immédiatement après usage. Il faut ensuite lubrifier le roulement pour éviter la formation de rouille. Les solvants purs ou presque purs à base d’isopropanol, d’acétone, alcool dénaturé, butanone ou de nettoyants moteurs fonctionnent très bien. Les solvants à base de pétrole et de toluène doivent être évités : gasoil, kérosène, turpentine, diluant pour peinture ou laque… Évidemment les instructions de sécurité seront lues et appliquées (porter des gants et protéger ses yeux, être dans un endroit aéré etc).

Comment entretenir ses roulements

  • Enlever les flasques. Si cette dernière ne veut pas sortir, inutile de forcer et de vouloir graisser ses roulements. Plus de mal sera fait que de bien.
  • Enlever les petites saletés.
  • Éventuellement démonter l’ensemble cage + billes.
  • Tremper les éléments retirés dans la solution nettoyante. Attention, un récipient en verre casse, un récipient en plastique peut fondre au contact de la solution nettoyante. Préférez le métal.
  • Sécher consciencieusement
  • Lubrifier le roulement (l’intérieur).
  • Réinstaller les flasques.

Une presse à roulement est l’instrument idéal pour installer les roulements. Il ne faut jamais forcer pour faire rentrer un roulement ou utiliser un marteau ou tournevis pour faire rentrer le roulement dans la roue